jeudi, 30 mars 2017
FacebookTwitterRSS Feed
   
Texte

PAS DE BISPHENOL A

Il s'agit d'une 1ère mondiale, l'adoption à l'unanimité par le Sénat de la suspension de la commercialisation des biberons fabriqués à base de bisphénol ATout en regrettant que cela ne concerne pas l’ensemble des plastiques alimentaires, comme le proposait le texte initial, je me félicite que la proposition de loi déposée par certains collègues sénateurs du RDSE et moi-même ait été votée.
Si l'Assemblée nationale confirmait ce vote, la France serait le 1er pays au monde à interdire la commercialisation des biberons fabriqués à base de bisphénol A et à reconnaître ainsi qu’il s’agit d’un très grave problème de santé publique. Comme je l'ai rappelé lors de l'explication de vote, cette proposition de loi préconisait l’interdiction du bisphénol A dans les plastiques alimentaires, en application du principe de précaution. En effet, de nombreuses études scientifiques démontrent que ce composé chimique agit comme perturbateur endocrinien et recommandent notamment de ne pas l'utiliser pour chauffer les aliments. Le Bisphénol A est mis en cause dans de nombreuses maladies telles que les cancers du sein et de la prostate, l’obésité, le diabète, les troubles du comportement, les dysfonctionnements thyroïdiens, la diminution de la fertilité. Mais la bataille n'est pas terminée. D'autres substances chimiques reconnues par els scientifiques comme néfastes sont encore utilisées, comme apr exemple les peroxydes.

Ecoutez l'interview de Françoise LABORDE qui est intervenue sur l'antenne de Sud Radio au sujet de l'interdiction du Bisphénol A : {mp3}3518_Sud_Info_Matin_Francoise_LABORDE_Mercredi_28_Avril_2010{/mp3}

Rappel historique du cheminement de la PPL
Le groupe RDSE demande l'application du principe de précaution, suite à la publication d'études scientifiques, notamment par l'INRA et la revue Environmental Health Perspectives, faisant état des effets toxiques du bisphénol A : troubles avérés du comportement et de la fertilité après une exposition in utero et postnatale à cette substance, par exemple. C'est pourquoi, il a décidé l'inscription dans son ordre du jour réservé de la propositon de loi qu'i a déposée en juillet 2009. Dans son texte, il propose "l'interdiction de la fabrication, de l'importation, de l'offre, de la détention en vue de la vente ou de la distribution à titre gratuit, de la mise en vente, de plastiques alimentaires contenant du Bisphénol A". Alors que plusieurs Etats, dont le Canada depuis 2008, ont déjà interdit l'usage du Bisphénol A, un avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des Aliments (AFSSA), rendu public le 5 février dernier, fait état d'éléments nouveaux et des signaux d'alerte relevés dans plusieurs études scientifiques. L'impact du Bisphénol A s'avère multiple. Outre les troubles du comportement et de la fertilité, le développement de cancers, diabète, obésité est pointé du doigt. Les chercheurs de l'INRA ont démontré que cette substance chimique diminue la perméabilité de l'intestin en augmentant les risques de maladies inflammatoires sévères à l'âge adulte, de rétention d'eau et de douleurs viscérales. La revue Environmental Health Perspectives, pour sa part, relève un lien entre l'exposition au Bisphénol A des femmes pendant leur grossesse et une agressivité accrue de leurs enfants à l'âge de deux ans. Le bisphénol A est un produit chimique utilisé dans la fabrication d'un plastique dur transparent, le polycarbonate, employé notamment pour la fabrication des biberons, bonbonnes d'eau ou encore résines époxy qui tapissent l'intérieur des boîtes de conserve et des cannettes.