mardi, 30 mai 2017
FacebookTwitterRSS Feed
   
Texte

Festivals de musique : la situation est-elle si désespérée ?

Festivals de musique : la situation est-elle si désespérée ?

France Tv info m'a interviewée le 14 juin 2015, en tant que présidente du groupe d'études sur les arts de la scène, de la rue et des festivals en région pour faire le point sur la saison estivale.

Extrait de l'article du 14 juin 2015 :

" Du petit rassemblement champêtre à la grand-messe rock, l'ambiance est morose dans le milieu des festivals de musique à quelques jours de la saison d'été. En cause : des financements publics en baisse.

A Meaux (Seine-et-Marne), cette année, septembre sera plus triste qu'à l'accoutumée. Finie l'effervescence qui s'empare du centre-ville à chaque fin d'été : le festival Muzik'Elles qui, depuis 2005, attirait 6 000 personnes par soir, n'aura pas lieu en 2015. Un cas loin d'être isolé. De nombreux rendez-vous, comme les Voix du Gaou, à Six-Fours (Var), ou l'Hadra Trance festival, de Lans-en-Vercors (Isère), ont jeté l'éponge. Francetv info s'est penché sur le sort des festivals français. La situation est-elle si inquiétante ?

Oui, c'est vrai, il y a moins de festivals.

A l'orée de l'été, une saison qui concentre près de la moitié des événements, le sort des festivals inquiète, à cause notamment du désengagement financier des pouvoirs publics. Début 2015, la diffusion d'une "cartocrise" de la culture, élaborée par une médiatrice culturelle, a alimenté cette crainte : près de 200 festivals, structures et associations culturels ont mis la clé sous la porte depuis mars 2014, indique le document.

De quoi faire frémir le secteur. Pourtant, ce chiffre est à prendre avec  précaution. "Sur cette cartocrise, on ne voit pas les festivals créés, on trouve des événements qui ne sont pas supprimés mais suspendus, et d'autres qui ont fusionné, explique Bénédicte Dumeige, directrice de France Festivals, fédération qui regroupe 80 événements dans l'Hexagone. Mais surtout, certaines structures ne sont pas des festivals." "

 

pdfLire l'intégralité de l'article