dimanche, 26 mars 2017
FacebookTwitterRSS Feed
   
Texte

Enfants perdus d'Irlande : un devoir de mémoire indispensable

Enfants perdus d'Irlande : un devoir de mémoire indispensable

Communiqué de presse - 11 juin 2014
« Enfants perdus d’Irlande » : un devoir de mémoire indispensable

Mme Françoise Laborde, présidente du groupe interparlementaire d’amitié France-Irlande, Vice-Présidente de la Délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes du Sénat, a été très affectée par les informations publiées dans la presse irlandaise et françaises, relatives à la découverte d’un charnier contenant près de 800 squelettes de bébés, à côté d’un ancien couvent catholique de la ville de TUAM (Comté de Galway – Irlande). Elle adresse à tous les Irlandais, proches, alliés ou descendants de ces innocentes victimes, ses sentiments de solidarité et de compassion.

Grâce à la ténacité de Mme Catherine CORLESS, historienne, les restes de centaines de bébés placés dans une institution charitable d’accueil des mères célibataires, entre 1926 et 1961 ont été découverts, enterrés dans des conditions effroyables. Ces ultimes révélations qualifiées de « profondément inquiétantes » par le Ministre irlandais de la Justice, M. Charlie Flanagan, sont « un rappel choquant d’une période sombre en Irlande quand nous n’avons pas aimé nos enfants comme ils auraient dû l’être ». Cette découverte ravive le problème de la maltraitance faite aux femmes durant des décennies, en Irlande.

Mme Françoise Laborde a souhaité apporter tout son soutien aux autorités irlandaises dans leur volonté de faire toute la lumière sur la mort, l’inhumation de ces très jeunes enfants ainsi que sur les conditions de vie des mères recueillies dans ces structures. Elle souhaite également qu’un tel drame historique permette, à la société irlandaise, à ses dirigeants politiques et religieux, d’entamer un véritable débat sur la place de la femme dans leur pays et sur les droits dont elle doit disposer dans l’Europe du XXIème siècle.

« Le drame de Tuam doit être pour tous les Irlandais un instant de recueillement, un moyen de briser la loi du silence sur un passé sombre de son histoire mais surtout pour les responsables politiques et religieux irlandais, l’occasion de renforcer les droits des femmes en Irlande. De cette horreur doit sortir des avancées en termes de droits pour toutes les Irlandaises afin que leur nation participe pleinement aux évolutions de la société européenne contemporaine… » a conclu la présidente du groupe d’amitié.

Mme Laborde est sénatrice PRG de la Haute-Garonne.

Liste des membres du Groupe Frace Irlande du Sénat
http://www.senat.fr/groupe-interparlementaire-amitie/ami_594.html


Contact presse :
Florence Faye 0699517379