jeudi, 27 avril 2017
FacebookTwitterRSS Feed
   
Texte

SAUVER LE PLANNING FAMILIAL 31 !

SAUVER LE PLANNING FAMILIAL 31 !

Il faut sauver le Planning familial de la Haute-Garonne. C'est ce que j'ai demandé à Marisol Touraine, Ministre de la Santé et à mes collègues parlementaires.

 

Confronté à des difficultés compromettant la pérennité de ses activités, le Planning familial a fermé ses portes à Toulouse. J'ai immédiatement formulé auprès du gouvernement une demande de versement de subventions exceptionnelles afin d'aider la structure à surmonter cette crise.

Extrait de mon courrier en date du 12 janvier 2015 :

" Madame la Ministre,

C'est avec beaucoup d'inquiétude que j'apprends la fermeture provisoire du Planning familial de la Haute-Garonne.

Cet établissement milite notamment en faveur de l'accès à la contraception et il a fait ses preuves en matière d'information, de prévention, de conseil et d'accompagnement pour les femmes.Mais aujourd'hui, la pérennité de ses activités est remise en question.

Au lendemain de la célébration du 40e anniversaire du vote de la loi Veil en faveur du droit à l'IVG, la principale structure sur laquelle repose la mise en œuvre concrète de ce droit, installée à Toulouse depuis 1974, est contrainte de fermer ses portes : 1 400 personnes reçues par an, âgées en majorité de 18 à 25 ans,ans, pour des conseils conjugaux ou suite à des violences, des viols, des interruptions volontaires de grossesse, ou simplement pour participer à un groupe de parole.

En tant que vice-présidente de la Délégation aux Droits des femmes du Sénat et en tant que parlementaire de la Haute-Garonne je suis très en colère car cette chronique d'une mort annoncée se joue déjà depuis plusieurs années.

D'une part, depuis près de dix ans, les structures associatives qui font vivre les droits des femmes sur le terrain sont confrontées à des baisses de dotations et à des coupes sombres dans les financements de l'Etat. En 2011, par exemple, afin de pallier aux difficultés du CIDF 31, j'avais choisi de verser 20 000 euros au titre de la réserve parlementaire qui m'est attribuée. Mais ce type de financement n'est pas pérenne.

D'autre part, outre les difficultés rencontrées pour faire face aux coûts habituels de fonctionnement, le Planning familial haut-garonnais doit faire faire face aux frais de gestion exceptionnels engendrés par une procédure prudhommale provisionnée par l'équipe dirigeante précédente, en 2011.

C'est ainsi que le besoin de financement d'urgence atteint aujourd'hui la somme de 51 000 € dont 31 000 pour frais de justice. Aucune solution n'a pu être trouvée pour pallier ces dépenses.

Le combat des femmes pour le droit à disposer de leur corps est un combat permanent en France et dans le monde. Ce combat a un prix. Il serait paradoxal que le Planning familial sombre, en Haute-Garonne, alors que vous venez d'annoncer des mesures ambitieuses et le lancement d'une campagne nationale de soutien en faveur de l'information des femmes .

C'est pourquoi, afin de pérenniser à court et à long terme les activités du Planning familial dans ce département, je sollicite une contribution de votre part d'un montant de 51 000 euros, au titre des fonds exceptionnels qu'il vous est possible de mobiliser."

 

Lire la réponse de Mme Boistard, Secrétaire d'Etat aux Droits des Femmes, reçue le 13 février 2015.