Résilience alimentaire et sécurité nationale en question

Résilience alimentaire et sécurité nationale en question

J'ai interpelé aujourd'hui, jeudi 16 mai 2019, le ministre de l'Intérieur au Sénat en séance de question d'actualité sur la problématique de la Résilience alimentaire et de la sécurité nationale.

Voici le texte intégral de ma question :

"Ma question s’adresse à M. le Ministre de l’Intérieur,

Les scandales sanitaires récurrents placent la question du «Bien manger» au cœur des enjeux de santé publique. Un pan du sujet n’est jamais évoqué : l’articulation entre ordre public et continuité alimentaire.

Par le passé, notre modèle agricole reposait sur le foncier nourricier et sur un aménagement du territoire local multifonctionnel. La sécurité alimentaire était une préoccupation des élus.

Aujourd’hui, production et consommation ne sont plus territorialisées, même les zones rurales sont alimentairement vulnérables, perfusées par le ballet des camions de la grande distribution.

A l’heure des cyberattaques, du dérèglement climatique et du terrorisme, production et approvisionnement alimentaires ne sont pas analysés comme risque stratégique. Des signaux nous alertent pourtant. La moindre annonce de blocage routier vide les magasins avant toute pénurie, provoquant même des émeutes comme il y a peu en Outre-Mer.

En cas de force majeure, le déficit en capacité de subvenir localement à l’un de nos besoins primaires, celui de se nourrir, est flagrant, les populations ne sont pas préparées.

Assurer un niveau minimum de sécurité d’approvisionnement alimentaire est un devoir pour les autorités qui devraient pouvoir garantir une chaîne résiliente, allant du foncier agricole nourricier jusqu’au consommateur. Cela doit nous interroger sur la souveraineté et la sécurité nationales, articulées autour des biens communs alors que les pouvoirs publics perdent peu à peu la main sur des infrastructures d’intérêt vital comme les aéroports, le foncier agricole ou la gestion de l’eau. Il est urgent de s’en préoccuper.

Pouvez-vous nous préciser Monsieur le Ministre si cette question fait l’objet d’une réflexion dans votre ministère ou au Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale ?

Je vous remercie."