mardi, 28 mars 2017
FacebookTwitterRSS Feed
   
Texte

Dimanche 25 octobre 2009, 29ème congrès départemental de la FNACA

Dimanche 25 octobre 2009, 29ème congrès départemental de la FNACA

C'est la commune de Saint Lys qui accueillait cette année le 29ème congrès départemenal de la FNACA, nombreux étaient ceux qui avaient répondu à l'invitation du Président Guy Darmanin pour la séance de clôture. Voici la trame de l'allocution de Françoise LABORDE.

La FNACA, créée le 21 septembre 1958 en pleine guerre d'Algérie, est avant tout la preuve d'un acte de courage. La Haute Garonne, qui compte 65 comités locaux, représente 8 500 adhérens sur les quelques 350 000 que compte l'association nationale.

Très senisble à l'invitation qui lui a été faite, Françoise LABORDE a rappelé son attachement et celui de tous les membres du groupe parlementaire R.D.S.E. à soutenir le combat de la FNACA :

- Pour l'officialisation de la date du 19 mars 1962, date du "cessez le feu" officiel de la guerre d'Algérie, date historique s'il en est ! Cette date doit être reconnue comme la journée nationale du Souvenir et du Receuillement, elle doit être dédiée à la mémoire des 30 000 soldats tombés en Afrique du Nord ainsi qu'à la mémoire des nombreux civils tués.
- Pour la revalorisation des retraites des anciens combattants pour que l'Etat n'aille pas chercher d'économies sur le dos de ceux qui ont sacrifié leurs jeunes années en défendant les intérêts de leur pays. Il faut revaloriser leurs retraites au niveau requis !

- Pour une augmentation du plafond de ressources exigé pour pouvoir bénéficier de l'allocation différentielle de solidarité pour les veuves d'Anciens Combattants. Car elles aussi ont payé un lourd tribut à la Nation !

Enfin, Françoise LABORDE s'est réjoui, comme il est annoncé dans le Projet de Loi de Finances 2010 de la création prochaine d'une Fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie et des combats de Tunisie et du Maroc. Il faut tout de même apporter un bémol sur le projet qui est fait de demander une participation financière aux associations d'anciens combattants qui souhaiteront y adhérer. Qu'en sera t'il des associations qui n'ont que peu de moyens financiers ?