jeudi, 27 avril 2017
FacebookTwitterRSS Feed
   
Texte

8 mai 2016 - Commémoration du 8 mai 1945

8 mai 2016 - Commémoration du 8 mai 1945

Message du Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire


Il y a 71 ans, les hostilités de la Seconde Guerre mondiale prenaient fin en Europe.

Mais il fallut attendre, le 2 septembre 1945, avec la capitulation du Japon, pour qu’elles cessent sur l’ensemble des continents.
Le   8   mai   1945,   la   France   et   l'Europe,   dont   la   reconquête   de   la   liberté   avait   commencé plusieurs mois auparavant, s’apprêtaient à retrouver la paix. Dans ce combat terrible qui avait opposé le nazisme aux valeurs démocratiques, celles-ci venaient de  triompher.
Tout au long du cycle commémoratif du 70ème anniversaire de la Seconde Guerre mondiale qui a pris fin l’an dernier, la France, avec force, a rendu hommage aux femmes et aux hommes qui ont permis la Libération et la Victoire.
Certains avaient fait le choix de la France Libre sur tous les continents. Les Forces françaises libres et ses soldats venus d’Afrique n’ont cessé de combattre pour la liberté de la France.
Leur souvenir fut particulièrement honoré lors de la commémoration de la Libération de la Corse le 4 octobre 2013 et de celle du Débarquement en Provence le 15 août 2014.
Leur combat avait été mené aux côtés des Alliés venus libérer la France par le Débarquement en Normandie. La République française a exprimé le 6 juin 2014 sa reconnaissance éternelle à ces dix-neuf pays grâce à qui nous vivons en paix et en sécurité aujourd’hui.
La  lutte fut aussi menée de l’intérieur, dans  l’ombre  de la clandestinité  et de  la répression nazie.   Ces   femmes   et   ces   hommes   ordinaires   ont   choisi   la   Résistance   parce   qu’ils   étaient convaincus   au   fond d’eux-mêmes   des   valeurs   qu’ils   portaient,   parce   qu’ils   cherchaient
simplement   à   servir   la   France.   Elle   s’est   souvenue  d’eux   le   27   mai   2015   lorsque   Pierre Brossolette,   Geneviève   de   Gaulle-Anthonioz,   Germaine   Tillion   et   Jean   Zay,   et   avec   eux l’esprit de la Résistance, entraient au Panthéon.
La   Seconde   Guerre   mondiale   fut   marquée   par   un   déchaînement   de   violence   jusqu’alors inconnu dans l’histoire. Durant ces années de guerre, la distinction entre le front et l’arrière a été abolie. Il faut se souvenir, aujourd’hui, de toutes ces femmes, de tous ces enfants, de tous ces hommes qui ont souffert et qui portèrent cette souffrance jusqu’à leur mort : les réfugiés, les victimes des bombardements, les prisonniers de guerre, les internés, les déportés.
Ces   mémoires   de   courage   et   de   souffrance   doivent   continuer   à   vivre,   au-delà   des commémorations.   A   vivre   dans   les   lieux   qui   les   incarnent,   tels   que   les   plages   du Débarquement, le Mont-Valérien,  le camp de Natzweiler-Struthof, la  prison de Montluc, le mémorial de la Déportation et celui de la Shoah, bientôt celui du Mont-Faron, et aujourd’hui,
celui du Mémorial des civils dans la guerre à Falaise en Normandie, inauguré ce 8 mai 2016.
En ce 71ème anniversaire de la fin des combats de la Seconde Guerre mondiale, il ne faut pas cesser de visiter et d’arpenter ces lieux qui nous
rappellent aussi que de toutes ces souffrances et de tous ces courages est née l’Europe libre et en paix : un héritage dont nous devons rester les gardiens vigilants.