mercredi, 24 mai 2017
FacebookTwitterRSS Feed
   
Texte

Le manque de places d'accueil pour l'hébergement d'urgence en Haute-Garonne

Le manque de places d'accueil pour l'hébergement d'urgence en Haute-Garonne

J'ai demandé à Mme PINEL, Ministre du Logement, de palier au manque de places d'accueil en hébergement d'urgence dans le département..

Texte de la Question :

Françoise Labrde, sénatrice de la Haute-Garonne, attire l'attention de Mme PINEL, Ministre du Logement, de l'Egalité des Territoires et de la Ruralité, sur le manque de places d'accueil pour l'hébergement d'urgence en Haute-Garonne. En effet, chaque année, les associations  présentes sur le terrain, venant en aide aux personnes sans domicile, font le constat alarmant du manque de places d’hébergement d’urgence pour accueillir les familles se trouvant à la rue, en particulier pendant la période hivernale. C’est pourquoi, elle lui fait part de ses interrogations.


Le nombre de places « au thermomètre » prévues à ce jour, par exemple, sont très faibles. L’ouverture de 214 places d’hébergement en hôtel, au mois de juillet, ou encore l’ouverture prévue au plus tôt le 21 décembre de 34 places supplémentaires, dont 24 pour des familles et 10 pour des femmes seules, sont encore loin de répondre aux besoins identifiés sur le terrain.


Le service téléphonique du « 115 » est contraint de refuser l’accueil de 200 personnes, au quotidien, sans oublier les personnes qui en sont pas en situation de contacter ce numéro. Chaque jour, en moyenne, 30 familles se retrouvent sans solution, pour 10 à 15 femmes seules qui restent à la rue ou encore 60 hommes qui essuient un refus.


C’est pourquoi, elle lui demande quelles mesures elle compte mettre en place pour apporter des solutions pérennes à cette situation, par exemple, en créant des places supplémentaires pour l’accueil d’urgence des personnes sans domicile, avec le soutien des collectivités locales d’un même territoire. Quels sont les moyens dont peuvent disposer les élus pour venir en aide aux familles refusées par le 115 ou les institutions spécialisées faute d’un nombre suffisant de places disponibles ?