dimanche, 28 mai 2017
FacebookTwitterRSS Feed
   
Texte

campagne de lutte contre le cyberterrorisme sur les réseaux sociaux

campagne de lutte contre le cyberterrorisme sur les réseaux sociaux

J'ai posé une question écrite au Ministre de l'Intérieur pour lui demander de lancer une campagne d'information sur la plateforme de signalement PHAROS contre la diffusion de comptes et publications cyberterroristes sur les réseaux sociaux.

Voici le texte de ma question enregistrée le 23 juin 2015 :

QUESTION ÉCRITE AU GOUVERNEMENT

Renforcer la lutte contre le cyber terrorisme sur les réseaux sociaux – 22 Juin2015


Mme Françoise Laborde, Sénatrice PRG de la Haute-Garonne, attire l’attention de Mr. Bernard CAZENEUVE, Ministre de l’Intérieur, sur la nécessité de renforcer, de toute urgence, la lutte contre le cyber terrorisme sur les réseaux sociaux.

Ces dernières années, les groupes terroristes utilisent internet pour lancer des campagnes de recrutement et de promotion basées sur l’apologie de crimes et d’actes terroristes.

Dans une étude publiée en mars 2015, Brookings Institution, think tank américain basé à Washington, met en évidence l’explosion du nombre de comptes créés par des réseaux djihadistes de soutien à DAESH sur twitter : 1064 en 2011, 2380 en 2012, 4378 en 2013, 11902 en 2014. Ce nombre atteint déjà 46 000 comptes pour les 4 derniers mois et 90 000 tweets échangés par jour, soit près de 1% des échanges quotidiens (0.8%).

Plusieurs états membres de l’Union Européenne ont pris des mesures pour lutter contre l’utilisation d’Internet par les groupes de propagande terroriste, mettant sur pied des polices spécialisées dans le contrôle du cyberespace, par exemple. Ces services travaillent étroitement avec l’industrie numérique et les opérateurs de l’internet pour effacer les contenus suspectés.

En France, le gouvernement a récemment mis en place une plateforme opérationnelle de signalement des publications faisant l’apologie du terrorisme et de la violence sur le site du ministère de l’intérieur, PHAROS, la Plateforme d'Harmonisation, d'Analyse, de Recoupement et d'Orientation des Signalements. Elle reste néanmoins encore peu connue des utilisateurs de réseaux sociaux et de sites web d’hébergement vidéo.

C’est pourquoi, elle demande au ministre de l’intérieur de lancer de toute urgence des campagnes d’information auprès du grand public, en particulier, sur twitter et sur l’ensemble des réseaux sociaux et de l’internet, ainsi que sur les sites web d’hébergement vidéo, pour faire connaître et diffuser à grande échelle ce nouvel outil à disposition des usagers.