Question écrite sur le plan de licenciements massifs du groupe Solocal

Question écrite sur le plan de licenciements massifs du groupe Solocal

Publiée au Journal Officiel du 30 mai 2018, voici le texte de ma question écrite :

Mme Françoise Laborde attire l'attention de M. le ministre de l'économie et des finances sur le traitement dramatique des salariés du groupe SoLocal, détenteur de l'annuaire « pages jaunes ». Le plan social annoncé prévoit la suppression de 1 000 postes sur les 4 400 actuels, sur les vingt-trois sites recensés en France aujourd'hui, seuls sept grands hubs existeront à l'horizon 2019.
La direction du groupe justifie sa restructuration par la recherche d'efficacité d'un nouveau projet industriel mais il n'en est rien car le virage du numérique a été pris depuis bien longtemps et le groupe « pages jaunes » est déjà le partenaire privilégié de la communication numérique locale des professionnels. Il ne s'agit donc pas d'intérêt social mais bien financier quand on sait qu'au lendemain de l'annonce du plan social, SoLocal publiait un bénéfice net de 336 millions d'euros en 2017.
Elle a rencontré dans son département des salariés excédés, épuisés qui vivent un nouvel épisode tragique de l'histoire de leur entreprise depuis sa privatisation en 2006. Ils ont le sentiment d'avoir été les spectateurs impuissants d'un véritable siphonnage à la fois de leurs capitaux et de leurs compétences. En effet, SoLocal est encore aujourd'hui le leader européen de la communication digitale locale, par la masse de données économiques qu'il détient ; son intérêt stratégique est indéniable. C'est d'ailleurs à ce titre que cette entreprise a pu bénéficier du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).
Devant l'urgence économique, stratégique et surtout sociale, elle lui demande de mettre en place tout ce qui est en son pouvoir pour favoriser un dialogue social afin de préserver les intérêts de cette entreprise et de ses salariés.